...se balader sur mon site : http://sandrinebrossel.fr

mardi 11 décembre 2012

Le paradis

est rempli d'ânes, voilà la pensée qui agite ma cervelle ce matin. Je crois en l'âne, mais pas au paradis. Notez que si le paradis est peuplé de bourricots, je veux bien y aller, mais pas de si tôt. Je pense à ça parce que Papistache m'a recausé du poème de Prévert (Être âne, Être ange) que je délaisse ces temps ci. Prévert pas Papistache que je lis plus souvent que Jacques ces temps ci). Ces temps ci (ces temps ci, c'est temps ci, ça fait un peu cigale), je lis sans lire, Regain de Giono, je regarde les mots, ils ne font pas sens, non que le livre soit complexe, je le lis, comme ci la langue m'était inconnue, lassée de comprendre, je voulais juste regarder les mots marcher en file indienne, comme ça, mais leur filet ne me plait pas tant que ça, je voudrais un livre qui caracole comme un escargot portant un chapeau sur la tête, dessous le couvre tête d'une linotte emplumée, une perle de rose, de la veille, irisée. Une fleur d'iris sous une paupière, la perle, un brin d'herbe, le sillon de l'escargot sur une mousse joufflue. Le coussin vert naturel, le sillon argenté des rêves, des lèvres vermeilles, un sourire, une coquille vide de bois enspiralée, le chant des violoncelles, et par terre les copeaux de bois du luthier par des fourmis emmenés, en file indienne, sur le papier. Mais je n'ai trouvé ça ni chez Prévert, ni chez Giono. Le rapport avec l'âne ? Aucun, pourquoi ?

12 commentaires:

  1. OOOOOHHHH qu'il sont enchanteurs tes mots en file indienne !!! On a envie de suivre cette poésie sur le "sillon argenté des rêves" ... Et tout ça en parlant d'âne !!!! WOUAHHHH !!!! Encore, encore !!! ♥ ♥ ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhooo ben dis donc. MErci !! J'ai la divagation enchanteresse alors, je devrais me laisser aller plus souvent ;-D Promis je recommencerai m'enfin la je vais finir de rassembler mes moutons de poussières en un beau troupeau, mon aspirateur est une bergerie ;-D

      Supprimer
  2. Tu m'as fait penser à Achille Chavée : « Je suis un vieux peau-rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie pensée ;-) Etre le suivant de personne pourvu qu'on avance côte à côte avec un des autres, cest un peu le paradis aussi. ENfin je trouve !!

      Supprimer
  3. Il faut lire San Antonio ou Pierre Dac.

    RépondreSupprimer
  4. C'est bien joli tes mots en file indienne! Ici, la neige et le gel recouvrent tout... La mousse "joufflue" s'est donc emmitouflée dans la laine ou le coton... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !!! Ici c'était givré ce matin, assortie à la maitresse du foyer ;-D

      Supprimer
  5. Un paradis rempli d'ânes ? ça fait beaucoup de bruit, un âne. Si-si.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, un boucan d'enfer au paradis, n'est ce pas une chouette idée ?

      Supprimer
  6. En attendant, tu l'as bien pendue, la langue, aujourd'hui :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Teb, des fois, je dis le fond de ma pensée ;-D

      Supprimer